Un prêtre français inculpé pour viol homosexuel présumé avec mineur | Nouvelles du monde

Un prêtre travaillant dans le nord-ouest de la France a été inculpé après avoir été accusé d’avoir drogué et violé un adolescent de 15 ans qu’il avait rencontré via une application de rencontres gay, ont annoncé jeudi des procureurs et des sources judiciaires.

Le prêtre d’une paroisse rurale près de Rennes a été inculpé de viol aggravé et d’administration de drogue sur mineur après avoir organisé une réunion à Paris la semaine dernière sur l’application Grindr.

L’ecclésiastique d’une cinquantaine d’années a proposé plusieurs drogues au garçon dans une chambre d’hôtel, dont de la MDMA dérivée de l’ecstasy et une substance qui ressemblait au GHB, un stupéfiant notoire du viol, a rapporté la radio RTL.

Les hommes ont eu des relations sexuelles, mais le garçon s’est senti malade par la suite et a alerté des amis.

L’affaire est la dernière d’un déluge de scandales d’agressions sexuelles qui ont gravement miné l’Église en France.

Après qu’une enquête l’année dernière a révélé l’ampleur choquante des abus sexuels commis par des prêtres au cours des dernières décennies, les catholiques français ont de nouveau été stupéfaits plus tôt cette semaine par les aveux d’un cardinal.

Jean-Pierre Ricard, l’une des plus hautes personnalités catholiques du pays, a reconnu lundi des actes « répréhensibles » avec une jeune fille de 14 ans dans les années 1980, déclenchant une enquête judiciaire.

Les dirigeants de l’Église ont révélé le même jour que 10 autres évêques à la retraite ou en service faisaient face à des allégations d’abus sexuels.

Le prêtre de Rennes a déclaré aux enquêteurs qu’il se rendait régulièrement dans la capitale pour rencontrer des hommes pour des rencontres avec de la drogue dans les hôtels, a rapporté RTL.

Il a nié les allégations de viol, affirmant que le garçon avait indiqué qu’il avait plus de 18 ans sur son profil Grindr et qu’il n’avait posé aucune question.

« Je peux imaginer à quel point les hommes et les femmes seront indignés par cette affaire », a déclaré l’archevêque de Rennes, Pierre d’Ornellas, dans un communiqué, ajoutant qu’il avait alerté le Vatican de l’arrestation et des accusations.

Il a nommé le prêtre Yannick Poligne, ajoutant: « Je comprends et peux vous assurer de ma détermination à agir. »

Une enquête soutenue par l’église qui a rendu ses conclusions l’année dernière a révélé qu’environ 216 000 mineurs avaient été maltraités par le clergé au cours des sept dernières décennies.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*