Un archer iranien rejoint le soutien des athlètes aux manifestations

DUBAÏ, 11 novembre (Reuters) – Une autre athlète iranienne, l’archère Parmida Ghasemi, a exprimé son soutien aux manifestations anti-gouvernementales qui secouent le pays en retirant son hijab lors d’une cérémonie de remise de prix à Téhéran.

Le geste a été diffusé sur des publications vidéo sur les réseaux sociaux qui ont alimenté les troubles qui ont éclaté en septembre après la mort d’une femme kurde, Mahsa Amini. Elle avait été détenue par la police des mœurs pour avoir prétendument bafoué le code vestimentaire strict de la République islamique imposé aux femmes.

Reuters n’a pas pu vérifier l’authenticité des vidéos.

Les manifestations se sont rapidement transformées en une révolte populaire, avec des personnes allant des étudiants aux médecins en passant par les avocats, les travailleurs et les athlètes.

La milice Basij et d’autres forces de sécurité ont sévèrement réprimé les troubles, mais les manifestants s’en tiennent à leur demande de mettre fin au régime islamiste intransigeant sous le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

Dans la vidéo, Ghasemi, debout avec d’autres athlètes sur un podium, laisse tomber son foulard alors que des personnes invisibles dans le public applaudissent et crient « Bravo ».

L’athlète qui se tient à côté d’elle essaie de relever son foulard, mais elle écarte la tête.

Elle n’est pas la première athlète iranienne à exprimer sa solidarité avec les manifestations, qui posent l’un des plus grands défis aux dirigeants religieux iraniens depuis la révolution islamique de 1979.

Des clips vidéo montrant prétendument que l’équipe iranienne de water-polo n’a pas chanté l’hymne national lors d’une compétition en Thaïlande sont apparus sur les réseaux sociaux.

La vice-ministre iranienne des Sports, Maryam Kazemipour, a déclaré mercredi que certaines athlètes féminines iraniennes avaient agi contre les normes islamiques, puis présenté des excuses pour leurs actions, a rapporté l’agence de presse officielle.

Les joueurs de l’équipe nationale de beach soccer ont refusé de chanter l’hymne iranien au début d’un match contre les Émirats arabes unis à Dubaï, selon un compte Twitter militant connu sous le nom de 1500TASVIR.

Ensuite, les joueurs n’ont pas applaudi ou célébré après avoir battu le Brésil pour remporter le championnat, selon le compte.

Écrit par Michael Georgy; Montage par Angus MacSwan

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*