Israël détecte le choléra dans un réservoir du nord

JERUSALEM, 11 novembre (Reuters) – Israël a détecté du choléra dans un réservoir du nord du pays, probablement à la suite d’une propagation d’une épidémie dans la Syrie voisine, a annoncé vendredi le ministère de la Santé.

La détection de la bactérie ne présente pas de danger pour le public à ce stade, a déclaré le porte-parole du ministère, ajoutant que les autorités ont pris des mesures pour « protéger les sources d’eau d’Israël » et surveiller régulièrement une éventuelle contamination de l’eau, en particulier dans le nord.

« Dans les échantillons prélevés par le ministère de la Santé au cours des derniers jours, un échantillon du réservoir de Yarmoukim, dans le nord du pays, a été testé positif au choléra », a déclaré le porte-parole dans un communiqué.

« L’origine de la bactérie est probablement la Syrie étant donné l’épidémie de choléra là-bas », indique le communiqué.

L’eau du réservoir affecté est utilisée pour l’irrigation, selon la Jordan Valley Water Association.

Le premier cas récent de choléra en Syrie a été confirmé en août, selon l’Organisation mondiale de la santé. L’épidémie s’est depuis déchaînée dans tout le pays et le mois dernier s’est propagée au Liban.

Le choléra se propage généralement par l’eau, la nourriture ou les eaux usées contaminées. Il peut provoquer une diarrhée et une déshydratation sévères, qui peuvent être mortelles si elles ne sont pas traitées.

Reportage d’Henriette Chacar; Montage par Alison Williams

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*