Des navires de migrants accostent en France alors que la querelle avec l’Italie s’intensifie

PARIS/ROME, 11 novembre (Reuters) – Un navire caritatif transportant environ 230 migrants secourus en mer a accosté vendredi dans un port français après avoir été refoulé par l’Italie, alors que la guerre des mots sur leur sort entre les deux pays s’intensifiait.

Le gouvernement français a accepté jeudi d’accueillir le navire de l’ONG Ocean Viking, tout en critiquant vivement le gouvernement de Rome et en déclarant qu’il suspendrait les projets d’accueil de 3 000 migrants déjà arrivés en Italie.

Le navire a accosté dans un port militaire de Toulon avec des migrants, dont des dizaines d’enfants, sauvés de la Méditerranée en octobre.

L’immigration étant une question sensible dans les deux pays, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a qualifié jeudi l’interdiction par le gouvernement italien de droite du navire caritatif – qui était bloqué au large de la Sicile depuis des jours – de « répréhensible » et « d’égoïste ».

La Première ministre italienne Giorgia Meloni a qualifié vendredi la réaction de Paris d' »incompréhensible et injustifiée », ajoutant que l’Italie ne pouvait pas être la seule destination des migrants en provenance d’Afrique.

Accusé par l’opposition d’extrême droite française d’être indulgent en matière d’immigration, le gouvernement centriste du président Emmanuel Macron tient à empêcher l’arrivée du navire d’alimenter de nouvelles critiques dans son pays.

Le chef du service gouvernemental français chargé des étrangers, Eric Jalon, a déclaré que neuf États de l’UE avaient déjà accepté d’accueillir les deux tiers des migrants de l’Ocean Viking et que des pourparlers étaient également en cours avec d’autres pays.

Le préfet de la région du Var, Evence Richard, a indiqué que près de 600 agents publics avaient été mobilisés pour l’arrivée des migrants, qui seraient envoyés dans un site de rétention à proximité où ils seraient pris en charge et leurs demandes d’asile examinées.

Jalon a déclaré que les migrants qui n’étaient pas jugés éligibles pour rester en France ou ailleurs dans l’UE seraient renvoyés dans leur pays d’origine.

Reportage supplémentaire de Guiseppe Fonte; Montage par Raissa Kasolowsky, Angus MacSwan et John Stonestreet

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*